chiazzette

Longueur: 760 mètres

Niveau de difficulté: moyen

Temps: environ 1 heure

   L’itinéraire le plus accessible pour qui veut visiter les beautés de la Réserve est celui des Chiazzette (petites places). Autrefois le parcours démarrait depuis la place principale ‘’Duomo’’, il passait à travers la Via Romeo (à l’époque Via della Marina, Route de la Mer) et le quartier de la Madone du Suffrage, pour ensuite rejoindre le pittoresque bourg maritime de Santa Maria la Scala. Aujourd’hui, en provenant de la Via Romeo, pour parcourir la petite route (appelée de nos jours Via Tocco) et jouir des subjectifs scénarios de la côte ionienne, il faut dépasser le pont récemment construit sur la Nationale.

Le sentier qui serpente à travers sept tournants, permet de surmonter facilement le dénivelé de 150 mètres qui sépare le plateau de la ville de Acireale de la côte sous-jacente. Remis en état au XVIIème siècle sur un tracé préexistant, il a été enrichi avec des murs de soutien particuliers en forme d’arc et avec des rampes larges jusqu’à six mètres. Pendant plus deux siècles il fut la plus importante et historique voie de liaison entre Acireale et le bourg riche en sources d’ eau douce et siège d’un petit port.

A l’entrée du sentier (sur la SS 114), à droite d’un bref escalier lié à une petite rampe on trouve une petite chapelle dédiée à la Sacre Image de Marie. La petite route pavée est ornée par quelques exemplaires de Robinia pseudoacacia, restes d’un ensemble d’arbres à double rangées, constituée à l’origine d’environ 400 arbres qui ombrageaient la route de la Mer.

Dans la première ‘’petite place’’ on peut observer un monumental exemplaire de platane, dont l’âge peut être estimé à plus de 150 ans.

Dépassé le tournant, on continue sur la première rampe des Chiazzette, au fond de celle-ci on aperçoit la Fortezza del Tocco: un bastion édifié pour des fins défensives dans la première moitié du XVIIème siècle, elle est aujourd’hui le siège du Centre Visites de l’aire protégée. En regardant le paysage depuis le muret de celle-ci on reste enchanté par l’ampleur de la côte que l’on peut observer.

Dans la quatrième rampe il y a la chapelle dédiée au SS Crocifisso della Buona Nova (Saint Crucifix de la Bonne Nouvelle), qui date de la première moitié du XIXème siècle.

A la septième et dernière rampe il y a la possibilité de procéder sur deux parcours alternatifs: en allant tout droit on arrive sur la place du suggestif bourg maritime, alors que si l’on prend le sentier à droite (appelé Via Miuccio), on rejoint l’homonyme plage de ‘’cocole’’ (galets) de Miuccio.

Le parcours qui conduit sur la place principale du village, où il y a l’église principale, est celui d’origine: il côtoie dans le bas les habitations et à mont, les contreforts de la Timpa, le long desquels on trouve l’entrée de quelques maisons.

La deuxième alternative est celle qui descend en zigzag vers la côte avec 18 tournants serrés et courts, sans protection et le long lesquels nous pouvons rencontrer quelques arbustes de micocoulier. Le parcours arrive sur une ample place (nommée Miuccio), où il y a le Mulino Testa dell’Acqua (Moulin Tête de l’Eau).

Le long tout le parcours des Chiazzette on peut observer quelques plantes typiques de la Réserve: outre le Câprier et le micocoulier, on trouve l’Euphorbe arborescente, l’Ailante (espèce exotique invasive), le Térébinthe et le Figuier de barbarie. Singulier est le luxuriant peuplement d’une autre espèce exotique: le Murier de papier ou Broussonezia, importé du Japon au XVIIIème siècle comme arbre pour faire de l’ombre. Dans son pays d’origine, au contraire, il est cultivé pour un but commercial parce que de son écorce on obtient un type de papier très résistant, utilisé pour imprimer les billets de banque.